Vous êtes dans : Accueil > Le Parc > Les actions > Patrimoine naturel > La lutte contre la Grenouille taureau

La lutte contre la Grenouille taureau

Pour préserver la biodiversité des zones humides, le Parc naturel régional a mis en place, depuis 2006, une campagne d’éradication de la Grenouille taureau par tirs et piégeage, conformément aux dispositions d’un arrêté préfectoral d’autorisation de destruction (n°16-0218 du 21 juin 2016). Ces actions ont pu être menées grâce à une étroite collaboration avec les Gardes chasse particuliers de la Dordogne, l'Office National de la chasse et de la faune Sauvage 24 et la Communauté de communes du Pays Thibérien.

L'introduction de la Grenouille taureau

La Grenouille taureau est originaire de la côte est des Etats-Unis et est présente sur le territoire du Parc naturel régional Périgord-Limousin. Comme beaucoup d’autres espèces exotiques envahissantes, la grenouille taureau fait preuve d’une grande faculté d’adaptation. En l’absence de contraintes biologiques fortes, telles que la présence de parasites, de maladies ou de prédateurs qui permettent sa régulation dans son aire d’origine, elle prolifère de manière inquiétante sur notre territoire. Ce prédateur vorace est capable de s’attaquer à un grand nombre d’espèces d’amphibiens, de reptiles ou de petits mammifères. La grenouille taureau est également porteuse d’un champignon pathogène, appartenant à la famille des chytrides (Batrachochytridium dendrobatidis ), qui menace gravement les espèces autochtones d’amphibiens.

Cahier scientifique n°1 (pdf - 1,87 Mo)

Bilan 2017

L’inventaire de la Grenouille taureau a été mis à jour en 2017. Il a permis d’établir sa présence sur moins d’une 30aine de plans d’eau sur l’ensemble du territoire. En 2005, date du précédent inventaire, 78 étangs étaient colonisés par l’espèce sur les trois foyers. Ainsi, la mobilisation des acteurs locaux et le renouvellement annuel des actions d’éradication depuis 12 ans portent progressivement leurs fruits. Outre la baisse significative du nombre d'étangs infestés, le recul de la population s’illustre aussi à travers les résultats obtenus lors des opérations d’éradication 2017 : seuls deux individus ont été éliminés sur le lieu-dit de Bridarias à Saint-Estèphe, aucun individu sur le noyau de St-Saud-Lacoussière/Champs-Romain et 660 individus ont été prélevés à Thiviers soit une légère hausse par rapport à 2015 pour ce dernier secteur. Il convient de poursuivre les efforts pour atteindre l’objectif d’une éradication totale qui semble envisageable au regard des résultats obtenus depuis 2006.

Bilan_CROAA_070318 (pdf - 2,03 Mo)

Annexes 2017 (zip - 15,48 Mo)

Bilan 2016

Sur le secteur de Saint-Saud-Lacoussière et Champs-Romain, la population a fortement réduit : seulement 1 individu détruit en 2016. Sur le secteur de Piégut-Pluviers, le constat observé est également une diminution des effectifs prélevés : 33 individus contre 500 en 2015. Quant à Thiviers, une centaine d’individus a été détruit bien que la population reste à ce jour bien implantée. Pour conclure, la pression d’éradication exercée a permis de prélever, au total, 15 626 individus dont seulement 223 individus pour l’année 2016 sur les trois noyaux de population connus à ce jour. Ainsi, la présence de l’espèce se limite aux secteurs de Saint-Saud-Lacoussière, Champs-Romain, Piégut-Pluviers et Saint-Estèphe dans le territoire du Parc et sur les noyaux de Saint-Clément et Saint-Jean-de-Côle hors Parc.Pour en savoir plus, téléchargez le bilan complet

Bilan GT 2016 (pdf - 3,31 Mo)

Programme LIFE15 NAT/FR/000864 - CROAA (Control stRategies Of Alien invasive Amphibians)

Le PNRPL s’est engagé en 2016 dans un programme LIFE CROAA, soutenu financièrement par l’Europe et piloté par la Société Herpétologique de France (SHF). Ce programme a vocation à lutter contre les amphibiens exotiques envahissants (Xénope lisse et Grenouille taureau). 6 bénéficiaires se sont également associés au projet : 5 autres acteurs locaux chargés des actions de lutte (Cistude Nature, CDPNE, PNR Landes de Gascogne, PNR Loire-Anjou-Touraine, Communauté de Communes du Thouarsais), et l’Université d’Angers, pour l’identification des stratégies de lutte.

Éradiquer les petits noyaux de population de G. taureau ;

- Développer une stratégie de contrôle des amphibiens invasifs ;
- Prévenir le risque de nouvelles introductions ;
- Créer un système de détection et d’évaluation précoce ;
- Informer, sensibiliser et former les acteurs locaux ;
- Assurer la transférabilité des résultats du projet.

Le programme Life se déroule sur une période de 6 ans : du 1er septembre 2016 au 1er septembre 2022.

Toutes les infos utiles sur le projet sont sur le site dédié : https://www.life-croaa.eu/

Partager :