Vous êtes dans : Accueil > Le Parc > Les actions > Forêt > La Forêt de Rochechouart-St Auvent et vous !

La Forêt de Rochechouart-St Auvent et vous !

Cette forêt est remarquable en raison de ses nombreux enjeux patrimoniaux et environnementaux. Le Parc naturel régional Périgord-Limousin, la commune de Rochechouart et la mairie de Saint Auvent lancent un projet pour accompagner les usagers et les propriétaires de ces forêts.

La forêt de Rochechouart-Saint Auvent est un massif presque entièrement privé de 660 ha, dont l'existence remonte au moins au XIIe siècle. Son périmètre a peu évolué depuis, même si les boisements ont changé au fil des changements de propriétaires et d'époque. Elle a plus de 23 km de chemins souvent fréquentés (marche, vtt…) entre des boisements feuillus (chênes, châtaigniers, hêtres…) et des boisements résineux (sapins, douglas...) plantés dans les années 60 et après la tempête de 1999 qui n’a pas épargné ce site.

Une forêt ancienne reconnue pour sa biodiversité

Cette forêt est reconnue pour son ancienneté. En effet, son existence est mentionnée dans les ouvrages à partir du XIIIè siècle sous le nom d’Albis Petris (= Cailloux Blancs), forêt fournissant alors "du bois de marine" et était la possession des Seigneurs de Rochechouart. Le château de Rochechouart garde une trace de cette forêt dans la salle des chasses, une fresque du XVIè montrant une chasse au cerf dans cette forêt. Cette forêt ancienne est un élément rare et remarquable dans la Région.

Bien connue des naturalistes, cette forêt abrite notamment une population très importante de Sonneurs à ventre jaune, petit crapaud protégé à l’échelle européenne. Plusieurs inventaires ont montré la multitude d’espèces protégées présentes, aussi bien en flore qu’en faune (chauves-souris, libellules, oiseaux). Ce massif a en plus des milieux ouverts (prairies, landes humides et sèches) et des milieux humides (sources, cours d’eau et étang).  Véritable réservoir de biodiversité, cette forêt à une valeur écologique certaine.

Une forêt où résonne l'Histoire

La forêt de Rochechouart-St Auvent a traversé les temps et garde sur son sol des traces de cette fréquentation. Pendant la période préhistorique, elle était déjà habitée et les peuples présents ont construit des dolmens et des tumuli sur les hauteurs. La période antique a laissé des traces de la voie romaine dite Via Agrippa, reliant Chassenon à Limoges. Au Moyen-Age, quand cette forêt faisait partie du patrimoine de la Seigneurie de Rochechouart, le vicomte de Rochechouart a fait construire une abbaye au milieu de la forêt : l’Abbaye des cailloux blancs.

Plus récemment, outre de nombreuses anecdotes traduisant une fréquentation régulière des habitants (chêne des dindons, chemin des écoliers…), cette forêt a abrité pendant la Seconde guerre mondiale un camp de maquisards et plusieurs éléments permettent de le voir aujourd’hui (ancien camp, tranchées, lavoir, photos anciennes…). Plusieurs habitants se souviennent du sabotage d’un train allemand dans la forêt.

L’importance historique que la forêt a jouée dans la société locale s’explique aussi car elle était à un point de circulation entre Rochechouart et Saint Auvent. Les nombreux chemins publics le prouvent, jalonné d’arbres remarquables qui guidaient les marcheurs (chêne de Bramefam, chêne de la lune…). Une voie ferrée (Bussière-Galant à Saillat) traversait la forêt. Aujourd’hui, plusieurs chemins sont devenus des itinéraires officiels de randonnée.

Aujourd'hui, cette forêt est toujours importante pour la société, qui l'utilise comme un lieu de récréation pour les habitants, et un lieu de détente et de production de bois pour les propriétaires.

 

Enquête auprès des usagers : une forte attache à ce massif

Les habitants se sentent attachés à cette forêt de proximité (la majorité y vient à pied). Ils y trouvent un sentiment de bien-être et de calme, se ressourcent en forêt, découvrent la nature et ses plaisirs sensoriels (odeurs, visuels…).  La majorité des sondés y va depuis plus de 10 ans (pour 70 % d’entre eux). C’est aussi une forêt où ils prennent le temps de se promener avec des balades pouvant varier entre 1h à 3h.

Cette forêt est pour les propriétaires un bien familial hérité et à transmettre, c’est une partie de leur patrimoine et ils y sont attachés. Leur attache est principalement sentimentale, et est accentuée par l’aménité de se promener en forêt. La nuance par rapport aux promeneurs non propriétaires est qu’ils vont en forêt pour se promener ET y retrouver leurs souvenirs, leurs arbres, des éléments historiques… Ils fréquentent cette forêt car c’est la leur.

Les habitants sont malgré tout attachés à ce massif, et sont prêts à s’investir (plus de 50% d’entre eux) dans une démarche de concertation pour préserver cet espace auquel ils tiennent. Tous les sondés souhaitent la préservation de la forêt en l’état, avec en plus une volonté de mieux la faire partager (identifier, valoriser et faire connaître ses richesses). Des actions peuvent donc être mises en place pour répondre à ces volontés.

 

Quel projet pour le massif ?

Avec les communes de Rochechouart et de Saint Auvent, le Parc a commencé en 2017 un travail pour mieux connaître ce massif et conduire des actions pour en préserver les richesses. Ce projet a lieu dans le cadre de l’appel à projet sur la préservation des forêts anciennes (« Biodiversité des forêts anciennes ») du GIP Massif Central. Il se déroule en concertation avec les acteurs locaux car ce massif est entièrement privé.

Le Parc dispose pour cette étude d’un financement FEDER avec lequel il souhaite former un réseau d’acteurs locaux engagés dans la démarche et s’appuyer sur le caractère patrimonial du massif, sur l’affection que ses usagers et propriétaires lui porte, pour mettre en place sa préservation.

Communes partenaires et financeurs

La commune de Rochechouart, grâce à une levée de fonds organisée par l'association Vive le Parc, est depuis 2019 propriétaire de 5ha de forêt dans ce massif. Merci aux donateurs d'avoir rendu possible cette acquisition !

 

Étapes du projet :

- Réalisées :

  • Mise en place d’une concertation avec ces acteurs, lors de groupes de travail dédiés (entre décembre 2017 et février 2018)
  • Réalisation d’un plan d’actions hiérarchisées pour la valorisation et la préservation du massif.
  • Organisation d’animations de terrain pour la concertation :
    • Inventaire participatif de l’état des chemins : juillet 2018, 15 participants
    • Animation à destination des propriétaires forestiers, octobre 2018, 5 participants.
  • Mise en place d’une animation technique dédiée aux propriétaires forestiers du massif : recrutement d’un prestataire, le CRPF, pour la conduite d’opération de diagnostics personnalisés, de conseils individuels ou collectifs (opération à conduire jusqu’en décembre 2019).
  • Réalisation d’une étude sur les lichens de la forêt de Rochechouart

 - A poursuivre :

  • Communiquer et animer un réseau d’usagers et de propriétaires sur le massif,
  • Accompagner les propriétaires à une gestion forestière adaptée à l’enjeu de continuité du site.

 

Inscription pour la sortie des contributeurs le 11/05/2019 ici.

Partager :